Cheminer à Lezoux

le chemin de partage

Le chemin est le lien de nos sociétés. Il permet l’échange, il relie les Hommes. Il permet aussi la dissémination des connaissances et des cultures.

le chemin de la connaissance

Le chemin est aussi synonyme d’apprentissage.

le chemin de soi

Cheminer, se déplacer nous transforme tous dans l’interaction que nous entretenons avec nos sens, notre corps, avec le territoire et nos semblables rencontrés sur la route.

« Cheminer » est né de la volonté commune du collège Georges Onslow, à Lezoux, et de l’équipe en charge du projet de médiathèque intercommunale Entre Dore et Allier de préfigurer le lien entre ce nouvel équipement culturel et le collège. Un lien pour se déplacer mais aussi pour créer une interaction entre les deux équipements.

Il s’agissait de définir dans un premier temps un parcours dans la ville de Lezoux qui permettait à la fois de relier les deux lieux mais aussi de découvrir la ville de Lezoux. Lors de cinq ateliers animés par le CAUE du Puy-de-Dôme, les élèves ont exploré plusieurs parcours durant lesquels ils ont relevé les ambiances, les problèmes de sécurité, les points de repères et leurs ressentis. Un cahier de ces relevés a été transmis en mairie pour les aménagements futurs. Les élèves ont ensuite déterminé un seul parcours et l’ont signalé in situ par une peinture temporaire et écologique.

Ce chemin sera équipé de bornes « culturelles ». Equipée d’un panneau sur lequel est apposé un QR Code®, chaque borne donnera accès à un contenu numérique mis à jour lors d’animations pilotées par la médiathèque. Le lien vers la connaissance sera établi et la médiathèque sortira de ses murs.

 

La maquette de mon école - Volvic

L’école élémentaire de Volvic, par l’intermédiaire de Julie Serezo, enseignante vacataire, a contacté le CAUE pour accompagner le projet « Créons la maquette de notre école ». Le but pédagogique de ce projet était d’abord de faire découvrir aux élèves la représentation spatiale du monde dans lequel ils vivent. Après plusieurs séances de préparation, de confrontation à l’espace, les élèves ont été impliqués dans la découverte expliquée de leur école. Répartis en plusieurs groupes, ils ont essayé de se représenter mentalement l’emprise au sol d’un bâtiment, son découpage (avancées, renfoncements) et au fur et à mesure des mois, sa modénature. Les élèves devaient ensuite proposer un dessin d’emprise de leur école sur papier quadrillé. Le but final de ce projet étant de fabriquer une maquette à grande échelle (1/20ème) du bâtiment. Une salle de classe a été mise à disposition et le plan général a été tracé sur des cartons assemblés servant de socle à cette maquette. Aidé par Cécilia, ATSEM, nous avons érigé les murs, puis nous avons ajouté la modénature des façades…Il est remarquable que ces travaux (sauf manoeuvre risquée) a été réalisé par les élèves qui on vite été séduits par cette confrontation à la 3D et à cette dissection de la construction.

L’année scolaire n’étant pas extensible, il a fallu mettre fin à cette expérience sans qu’elle soit idéalement terminée, mais le résultat physique aussi bien que mental a été très intéressant et mériterait une suite…